Lettre de Marc Sony Ricot à une jeune lectrice

Cela fait plusieurs mois que je passe la majeure partie de mon temps à la bibliothèque municipale de Tabarre. Je profite de lire des livres, écouter du jazz et rencontrer les jeunes pour parler de littérature autour d’une tasse de café brûlant.

Mon véritable rôle dans cette petite bibliothèque municipale, ranger avec minutie les livres. Obliger les écoliers à lire « Le petit prince » d’Antoine de Saint Exupéry au lieu de « L’existentialisme est un humanisme » de Jean-Paul Sartre, « Le petit chose » d’Alphonse Daudet plutôt que « Le jugement esthétique » d’Emmanuel Kant. Cette lettre qui suit est adressée à une adolescente avide de savoir où résident les mystères de la lecture.

Chère lectrice,

Je ne te connais pas. On s’est vu une seule fois, un jour d’automne, privé de fleurs et de feuillages. Souriante, émerveillée par tant de livres, ton œil épie à gauche et à droite, de rayon en rayon tu déambules dans la salle comme un oiseau-mouche qui butine de fleur en fleur. Un instant après, tu m’as demandé de te guider. Aujourd’hui, je voudrais te dire ce qui se cache dans les livres. Vois-tu ma petite lectrice, chaque livre est un trésor, une mine d’informations, de connaissances, d’idées, de sensations, qui n’attendent que toi. En lisant, on devient riche des autres. On découvre de nouvelles cultures.

Nous voyageons dans l’imaginaire des écrivains. Et souvent c’est aussi un véritable labyrinthe. Une multitude d’abîmes. Les livres recèlent des rêves, de la magie, l’aube des matins du monde, du chant de l’Apocalypse de la terre des hommes, des chants d’espoir, des doutes, des certitudes, bref des folies. Les livres ouvrent avec vérité la porte de nos cœurs et ferme avec mensonge celle de nos haines. Chaque silence orageux qui habite une page est parfois une blessure. Une grande peine. En sortant des livres, tu éprouveras une délicieuse sensation d’ébriété ou un magnifique désir.

Pour être une lectrice, tu dois laisser le souffle des mots survivre dans ton cœur, même après avoir refermé le livre. Sois honnête, dès que tu ne comprends pas un mot, laisse-le. Imagine que chaque mot est un être humain vivant dans les livres. Chaque livre est un mémoire.

Je pense sans cesse à « Le liseur » de Bernhard Schlink. Un superbe roman sur le rapport que des Allemands nés après la guerre entretiennent avec des aînées, qui se sont rendus coupables ou complices de crimes. C’est un livre qui m’a fait pleurer. J’ai pleuré la mort d’un personnage qui a quand même contribué à l’extermination des Juifs ! Un vrai lecteur n’habite pas le monde. Il est toujours ailleurs. Dans sa tête, dans ses livres et, paradoxalement, en lutte avec la réalité qu’il espère améliorer.

Je pense sans cesse à ces livres que je garde en mémoire pour traverser les impasses de la vie. Tu dois te méfier de la vérité et de la fiction, « tu n’as pas vu ce que tu vois ». Et pourtant, tu dois vivre. Chaque lecteur porte des livres dans son cœur, qui l’invitent à réfléchir sur lui-même. Sur le monde. Sur la vie. Et sur ses origines. Je porte en moi une pile de livres avec fierté. « Les raisins de la colère » de John Steinbeck ; « Compère Général Soleil » de Jacques Stephen Alexis ; « Gouverneurs de la rosée » de Jacques Roumain ; « Demain j’aurai vingt ans » d’Alain Mabanckou ; « L’odeur du café » de Dany Laferrière ; « Le Silence comme le sang» de Marie Célie Agnant ; « Rue des rêves brisés » de Guy Bélizaire ; «Saisons sauvages» de Kettly Mars ; « Les brasseurs de la ville» d’Evains Wêche ; « La belle amour humaine » de Lyonel Trouillot ; « À l’angle des rues parallèles » de Gary Victor, « La couleur de l’aube » de Yanick Lahens ; « La cathédrale du mois d’août » de Pierre Clitandre ; « Brûler » de Georges Castera ; « Créer dangereusement » d’Edwidge Danticat. En tant que bibliothécaire, je te les offre volontiers.

Marc Sony Ricot

Source: Le Nouvelliste 2020-10-12

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :