Une banale histoire d’amour

Un chant triste s’harmonise à mes larmes. Je me sens dans un désert d’ennui. Un désert sans fleurs, sans le bruit de la nature. Je dois m’évader. Je souffre avec un grand vide dans mon cœur. C’est la nuit à Port-au-Prince. Sur ma table de lecture, une petite bougie allumée, un verre de rhum, etLire la suite « Une banale histoire d’amour »

Bienvenue à la rue des rêves brisés

Né au Cap-Haïtien, Guy Bélizaire vit au Québec. Le romancier a quitté Haïti depuis une quarantaine d’années. Après avoir publié en 2018 un recueil de nouvelles intitulé « À l’ombre des érables et des palmiers » aux éditions L’Interligne, il revient avec son premier roman « Rue des rêves brisés » chez le même éditeur. C’estLire la suite « Bienvenue à la rue des rêves brisés »

Lettre de l’incertitude

Mon adorée. Ma fleur de passiflore. Ta voix est la voix de toutes les fleurs silencieuses. Je voudrais vivre dans tes yeux mes rêves infinis. Aujourd’hui c’est dimanche. Le jour de notre rencontre. À partir d’aujourd’hui, tous les jours seront dimanche. Dimanche symbolise la fête, la joie, la gaieté et l’amour. À Partir d’aujourd’hui, tousLire la suite « Lettre de l’incertitude »

Rachid Benzine chante l’amour maternel

Dans son premier roman « Ainsi parlait ma mère », l’écrivain franco-marocain Rachid Benzine mêle humour, tendresse et sensibilité pour raconter l’histoire d’une mère qui a affronté les difficultés de l’exil et de l’intégration en tant qu’immigrée. Une œuvre intense qui est empreinte d’humour et de surprise. Professeur de lettres à l’université de Louvain, leLire la suite « Rachid Benzine chante l’amour maternel »

Caldwel Appolon, une voix pour les invisibles

Dans son premier recueil «Écorce du silence» (Éditions Choucoune, 2019), Caldwel Apollon, le natif de Jérémie, nous invite à « faire provision de soleil pour masquer nos pluies ». Ce livre propose des images délicates et tendres teintées de surréalisme et une douce musique, un agréable voyage « dans le cœur d’un moulin à ventLire la suite « Caldwel Appolon, une voix pour les invisibles »

Lettre à ma fleur de passiflore

Cela fait plusieurs minutes que j’assiste aux premières lueurs du jour qui apparaissent à l’horizon. Il est peut-être six heures du matin. Le vent se lève doucement avec un air frais devant moi, balayant les feuilles des cerisiers et de l’avocatier. J’entends les aboiements des chiens, le cri lointain d’un coq et le souffle duLire la suite « Lettre à ma fleur de passiflore »